top of page
  • Photo du rédacteurAssociation Quartier Bourgogne

Il ne restera que 3 grands arbres protégés à la Bourgogne!

Dernière mise à jour : 5 avr. 2022



Plus le quartier est riche, plus on y trouve d’arbres. C’est le cas notamment à Genève ou à Bâle, montre une analyse de la RTS. Et l’importance de cette arborisation inégale croît à mesure que le climat se réchauffe. A tel point que de plus en plus de villes s’engagent à couvrir une partie de leur territoire sous les feuillages.

Le contraste est frappant à Genève. Sur la rive droite, le quartier des Pâquis. Les rues sont étroites, goudronnées de bout en bout et laissent peu de place à la végétation urbaine. L’absence de parcs ou de lieux de loisirs est telle que l’arrondissement est le deuxième le plus dense de Suisse, avec plus de 26'000 résidents au km2, juste devant un autre quartier genevois, les Augustins, selon l’Office fédéral de la statistique. Aux abords de l’école de Pâquis-Centre, même les rues piétonnes sont entièrement bétonnées et les arbres sont relégués à d’immenses pots. Mais en changeant de rive et en prenant une autre école, à une distance égale du jet d’eau, le paysage est tout autre. L'école des Contamines, dans le quartier de Florissant, se cache dans un écrin de verdure. On y trouve un tilleul certifié "remarquable" pour sa dimension par le service municipal des espaces verts. Deux rues plus au nord, le parc de Malagnou. Une rue au sud, celui de Bertrand. Les immeubles sont espacés et entourés d’arbres majestueux, symboles centenaires du patrimoine des lieux.



55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Yorumlar


Yorumlara kapatıldı.
bottom of page